Le secteur de l’énergie rend hommage au président sénégalais Macky Sall pour son leadership efficace et son action en faveur de l’industrie de l’énergie au Cap, en Afrique du Sud

  • Home
  • News
  • News
  • Le secteur de l’énergie rend hommage au président sénégalais Macky Sall pour son leadership efficace et son action en faveur de l’industrie de l’énergie au Cap, en Afrique du Sud

Le président sénégalais Macky Sall est un dirigeant respecté, tant dans son pays qu’à l’échelle mondiale. Il a présidé l’Union africaine et s’est fait le champion des questions africaines en Afrique et à l’étranger.

Mais l’une des premières choses qui nous viennent à l’esprit lorsque nous pensons à Macky Sall, c’est qu’il est un défenseur de l’industrie énergétique de notre continent. À une époque où les voix étrangères qui exhortent l’Afrique à accepter des calendriers de transition énergétique qui ne sont pas dans son intérêt sont fortes et insistantes, Macky Sall a défendu sans hésitation ce qui est bon pour notre continent. Il l’a fait tout récemment lors du sommet du G20 de 2022 et de la conférence sur le climat COP27.

La voix bien informée et éloquente du président Sall est plus que jamais nécessaire.

En octobre prochain, lors de la Semaine africaine de l’énergie 2023 de la Chambre africaine de l’énergie (AEC) au Cap, nous sommes impatients de voir l’AEC récompenser Sall pour sa persévérance à faire connaître les besoins énergétiques de l’Afrique à la communauté mondiale.

Un défenseur audacieux des priorités africaines

Le président Sall a plaidé à maintes reprises en faveur d’une représentation africaine équitable dans les forums internationaux sur l’énergie, où sont prises des décisions qui affectent profondément la vie quotidienne des Africains.

Comme il l’a fait savoir à l’Assemblée générale des Nations unies en 2022, les nations africaines ne se contenteront pas de rester à l’écart lorsque les organes de décision se réunissent pour discuter de la politique énergétique. Les représentants de ces nations doivent être placés au centre des délibérations.

Des sièges permanents au Conseil de sécurité des Nations unies, a fait remarquer M. Sall, permettraient à 1,4 milliard d’Africains d’être représentés dans les décisions qui les concernent tous les jours.

En tant que président de l’Union africaine en 2022, M. Sall n’a pas mâché ses mots, insistant pour que les partenariats internationaux liés à l’énergie écoutent les voix africaines avec respect. Dans le même ordre d’idées, il a appelé à une plus grande présence africaine au sein du G20, où seule l’Afrique du Sud représente actuellement le continent.

  1. Sall a proclamé avec audace que la poursuite de l’extraction et de la capitalisation des ressources pétrolières et gazières africaines était nécessaire pour alimenter le développement économique, la sécurité énergétique et l’industrialisation. Il a clairement indiqué que l’Afrique passera aux énergies renouvelables à son propre rythme, celui qui convient le mieux à ses habitants et à ses économies.

Il a également souligné le manque de logique des pays riches qui tentent de priver l’Afrique des mêmes combustibles fossiles que ceux qu’ils ont utilisés pour s’industrialiser, alors que plus de 600 millions d’Africains sont toujours privés d’électricité.

Lors d’une conférence MSBC (Mauritanie, Sénégal, Gambie, Guinée-Bissau et Guinée-Conakry) sur le pétrole, le gaz et l’électricité qui s’est tenue à Dakar, au Sénégal, l’année dernière, M. Sall a déclaré : « Tout en restant attachés à la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat, nous devons continuer à défendre les intérêts de nos pays à l’approche de la COP27. »

S’exprimant plus tard en 2022 en Égypte lors de la COP27, M. Sall a insisté sur la nécessité de continuer à produire du gaz naturel, le plus propre des combustibles fossiles, en Afrique. Cela permettrait de réduire la production de dioxyde de carbone tout en permettant au continent de se développer, tant sur le plan économique que sur celui de l’électrification.

Le Sénégal se prépare à une transition énergétique juste

Comme nous l’avons déjà indiqué, le secteur énergétique sénégalais est un exemple encourageant de croissance transformatrice sous la direction de M. Sall.

Cela est dû en grande partie à sa collaboration visionnaire avec les dirigeants d’autres nations. Parmi eux, le chancelier allemand Olaf Scholz, qui a rencontré M. Sall en mai 2022 et a ensuite annoncé qu’il discutait avec Dakar de projets de développement gazier et de GNL.

Comme d’autres pays membres de l’UE, l’Allemagne cherche à se libérer de sa dépendance à l’égard de l’approvisionnement russe, et le Sénégal, tout comme la Mauritanie, est prêt à faire partie de la réponse. Le projet de gaz naturel Greater Tortue/Ahmeyim (GTA) de BP et Kosmos Energy devrait débuter en 2024. Le GTA recèle des ressources gazières de 15 000 milliards de pieds cubes qui, avec deux autres projets sénégalais, le développement de Yakaar-Teranga et le champ gazier de Banda, ont stimulé l’investissement et l’exploration dans la région MSGBC.

Le président Sall a tiré parti de ce partenariat régional au profit de son pays, ce qui devrait avoir pour effet d’augmenter le PIB régional, un facteur fondamental pour réaliser une transition énergétique juste.

Dans le cadre de cette transition et de son objectif d’atteindre l’accès universel à l’électricité d’ici 2025, le Sénégal poursuit la production d’énergie renouvelable grâce au projet solaire Senergy 2 et au parc éolien Taiba N’Diaye de 158 MW.

En outre, le président Sall a dirigé le PSE (Plan pour un Sénégal émergent), qui englobe l’économie, le capital humain et la bonne gouvernance à travers 27 projets phares dans les domaines de la construction, de la logistique et de l’exploitation minière. Ce plan attire également les investissements mondiaux nécessaires pour catalyser l’indépendance énergétique du pays.

L’industrie énergétique sénégalaise sert de modèle à toutes les nations africaines qui souhaitent utiliser leurs ressources pétrolières et gazières pour améliorer leur économie et leur qualité de vie et opérer une transition équitable vers les énergies renouvelables.

Orateur principal de l’African Energy Week 2023

La Chambre africaine de l’énergie sera fière d’accueillir le président Sall en tant qu’orateur principal d’ouverture très attendu pour l’African Energy Week 2023, qui se tiendra au Cap du 16 au 20 octobre.

Le discours du président Sall devrait donner le ton des discussions, des accords et des initiatives qui suivront, tout comme son leadership a donné le ton des progrès énergétiques de son pays.