Les dirigeants africains doivent trouver des moyens d’encourager les investissements pétroliers et gaziers en cours

  • Home
  • News
  • News
  • Les dirigeants africains doivent trouver des moyens d’encourager les investissements pétroliers et gaziers en cours

Par Tom Alweendo, ministre des mines et de l’énergie, Namibie

Alors que la 28e Conférence des Parties (COP28) de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique de 2023, qui s’est tenue à Dubaï, touchait à sa fin, la détermination des 200 délégués était palpable. Reconnaissant que l’ère des combustibles fossiles était sur le point de s’achever, ils se sont collectivement engagés à accélérer sa fin. Cette conférence a été annoncée comme « le début de la fin » pour le charbon, le pétrole et le gaz naturel. Les clous et les marteaux étaient prêts à frapper le cercueil d’une industrie des combustibles fossiles vouée à la mort.

La conférence a débouché sur un accord global connu sous le nom de « bilan mondial ». Cette stratégie ambitieuse fixe des objectifs clés : tripler la capacité des énergies renouvelables, doubler le taux d’amélioration de l’efficacité énergétique d’ici à 2030, accélérer la réduction de la production d’électricité à partir du charbon sans captage du carbone et intensifier les efforts pour ne plus dépendre des combustibles fossiles dans les systèmes énergétiques. Le message général était clair : il est impératif d’opérer une transition complète vers les sources d’énergie renouvelables, tandis que les combustibles fossiles doivent être laissés dans le sol.

Toutefois, cette approche binaire « soit l’un, soit l’autre » pose un dilemme de taille aux nations africaines. Les avantages économiques et sociaux découlant des combustibles fossiles sont toujours essentiels pour nous, qu’il s’agisse de réduire la pauvreté énergétique ou de soutenir nos économies. En outre, nous pensons que ces avantages peuvent être exploités tout en répondant aux préoccupations liées au changement climatique.

Notre appel à la compréhension des nations occidentales et des groupes de défense de l’environnement, qui intensifient leurs efforts pour stopper les nouveaux investissements dans les projets pétroliers et gaziers africains, semble tomber dans l’oreille d’un sourd. La lutte pour obtenir le financement des projets s’intensifie. Le 30 novembre 2023, The Economist a révélé que 27 banques avaient renoncé à financer le projet d’oléoduc d’Afrique de l’Est, et que de nombreuses autres avaient décidé de ne pas financer directement de nouvelles initiatives dans le domaine du pétrole et du gaz.

Pourtant, il y a des lueurs d’espoir, notamment en Namibie. Nous y avons introduit des réformes visant à réduire les risques pour les investisseurs. Il y a près d’un an, d’importantes découvertes de pétrole et de gaz offshore ont récompensé les investissements de majors pétrolières telles que Shell, TotalEnergies et QatarEnergy en Namibie. À la suite de ces découvertes, la Namibie a connu une recrudescence des activités d’exploration. Au début de l’année 2024, la société portugaise Galp Energia a annoncé la découverte d’une importante réserve de pétrole léger dans le bloc offshore PEL83 de la Namibie. Galp, avec ses partenaires NAMCOR et Custos Investments Ltd, prévoit d’explorer des profondeurs plus importantes. Les prochaines campagnes de forage menées par Chevron (États-Unis) et Woodside Energy (Australie) devraient poursuivre sur cette lancée.

Cela témoigne d’un fait irréfutable : malgré la pression mondiale en faveur d’une transition quasi instantanée vers les énergies renouvelables, les avantages immédiats pour nous (et pour de nombreuses nations africaines) résident encore principalement dans le pétrole et le gaz.

 

Un retour à la réalité

Le passage immédiat aux énergies renouvelables, tel que suggéré par le bilan mondial de la COP28, est irréaliste et trop idéaliste. En réalité, toute transition rapide vers les énergies renouvelables ne serait viable que si l’Afrique, voire le monde, était prête à s’appuyer entièrement sur l’énergie éolienne, hydraulique, houlomotrice et solaire pour alimenter les foyers, les entreprises, les véhicules et les industries. Malheureusement, nous en sommes loin.

Par exemple, malgré l’abondant potentiel de l’Afrique en matière d’énergie solaire et éolienne (60 % de la capacité de la planète), nos capacités de production réelles sont radicalement différentes. Nous sommes peut-être surnommés le « continent du soleil », mais notre capacité de production d’énergie solaire ne représente que 1 % du total mondial. En Afrique subsaharienne, la biomasse reste la principale source d’énergie pour de nombreuses personnes.

N’en doutons pas, la Namibie reste engagée dans la voie des énergies renouvelables. Nous avons fait des progrès considérables dans la mise en place d’une économie verte basée sur l’hydrogène, comme en témoignent des projets tels que le Tsau Khaeb de 3 gigawatts et d’autres à Kharas, Kunene et Walvis Bay. Toutefois, il faudra du temps et de l’argent pour atteindre la parité avec les capacités mondiales en matière d’énergies renouvelables. Beaucoup d’argent que la plupart, sinon tous les pays qui composent le « continent du soleil », n’ont pas.

Un soutien financier peu convaincant

Pour être juste, ce manque de financement n’est pas passé inaperçu. Des institutions telles que la Banque mondiale, les Nations unies et l’Agence internationale de l’énergie ont exhorté les économies développées à investir dans les infrastructures africaines d’énergie renouvelable. Jusqu’à présent, le soutien financier a été décevant. Cela signifie qu’en dépit de leur ferveur et de leurs promesses en matière d’énergies renouvelables, les pays occidentaux les plus riches – qui contribuent collectivement le plus aux émissions mondiales – ne joignent pas le geste à la parole.

L’Agence internationale de l’énergie estime que l’Afrique aurait besoin de plus de 200 milliards de dollars par an jusqu’en 2030 pour atteindre les objectifs énergétiques et climatiques du scénario pour une Afrique durable. Pourtant, malgré l’augmentation des investissements dans les énergies propres partout ailleurs, seule une petite fraction de ce montant, environ 25 milliards de dollars, a été investie dans le développement d’infrastructures renouvelables en Afrique. Cette insuffisance est encore plus prononcée si l’on tient compte de l’explosion démographique de l’Afrique, qui devrait représenter 25 % de la population mondiale d’ici à 2050. Les besoins énergétiques du continent augmenteront de façon exponentielle et le déficit de financement ne semble pas près de se résorber. À ce jour, les partenariats pour une transition énergétique juste, une initiative de la COP26, destinée à financer le développement durable dans les économies émergentes, n’a pas encore été mise en œuvre de manière efficace ou n’a pas produit de résultats significatifs. C’est dans ce contexte qu’il faut remettre en question la position “énergies renouvelables ou rien” de l’inventaire mondial de la COP28. Si les combustibles fossiles sont éliminés, qu’avons-nous pour les remplacer, aujourd’hui et à l’avenir ?

Une ingérence inacceptable

Le sous-investissement dans les énergies renouvelables africaines n’est qu’un aspect d’un problème plus vaste. Parallèlement, l’Occident déploie des efforts concertés pour étouffer les investissements dans les projets africains d’exploitation des combustibles fossiles. Même l’exploration du gaz naturel – le combustible fossile le plus propre et une source d’énergie de transition – fait l’objet d’un examen approfondi et d’une opposition.

Par exemple, un article paru en 2021 dans The Guardian rapportait que certains experts conseillaient à l’Afrique de donner la priorité à l’adoption des énergies renouvelables à tout prix, même si cela signifiait l’abandon de l’exploration de réserves de gaz lucratives. L’intention était noble : éviter une crise climatique et étendre l’accès à l’énergie propre à des millions de personnes qui en sont dépourvues. Cependant, les stratégies pratiques et les calendriers pour y parvenir étaient notablement absents, malgré les critiques véhémentes à l’encontre du secteur pétrolier et gazier.

Il ne s’agit pas de minimiser le dévouement des défenseurs du climat ; la réalité des impacts du changement climatique est indéniable. Cependant, je pense que l’Afrique peut s’attaquer au changement climatique tout en luttant contre la pauvreté énergétique grâce à une utilisation judicieuse de ses ressources naturelles. Avec 600 millions de personnes qui n’ont pas accès à l’électricité, il est impératif d’adopter une approche globale pour combler le déficit énergétique actuel et éviter qu’il ne s’aggrave à l’avenir.

La réponse logique de la Namibie

Compte tenu de ce qui précède, il est tout à fait logique que les nations africaines préservent les avantages socio-économiques des opérations pétrolières et gazières en cours. Nous pouvons y parvenir en adoptant des politiques qui encouragent l’investissement et en mettant en place des institutions économiques et politiques inclusives. Les coûts élevés associés à l’exploration et à la production doivent être pris en compte dans nos politiques fiscales et de redevances. En outre, des facteurs tels que des économies stables, la transparence et des cadres juridiques efficaces influencent considérablement les décisions d’investissement. Nous devons nous engager à faire en sorte que ces conditions soient remplies dans nos pays.

La Namibie est un exemple de ces efforts dans les secteurs du pétrole, du gaz et de l’exploitation minière. Nous continuons à collaborer avec les investisseurs et les parties prenantes de l’industrie pour favoriser de nouvelles améliorations. Nos efforts pour créer un environnement favorable aux investisseurs ont joué un rôle important dans les campagnes de forage menées par Shell, TotalEnergies, Galp et QatarEnergy. Les investissements réalisés par ces entreprises en Namibie joueront un rôle central dans la génération de revenus pour le gouvernement, la construction de routes, de ponts, d’infrastructures et d’équipements.

Les investissements réalisés par ces entreprises en Namibie joueront un rôle central dans la génération de recettes publiques, la construction de routes, de ponts et de barrages, la création d’emplois et l’amélioration du niveau de vie de tous les Namibiens, conformément à la vision du président Hage Geingob.

Toutefois, nous ne devons pas compromettre nos propres besoins et priorités pour attirer les investissements. Les nations africaines doivent toujours rechercher des investissements mutuellement bénéfiques. Cet objectif peut être atteint grâce à des politiques de contenu local équilibrées et pragmatiques qui offrent des emplois, des opportunités commerciales, un renforcement des capacités et un transfert de technologies et de connaissances.

Des impératifs pour notre avenir prospère

La poursuite par les pays africains de projets liés aux combustibles fossiles, en particulier le gaz naturel, est conforme aux pratiques mondiales. Même les pays avancés dans le domaine des énergies renouvelables ne s’appuient pas uniquement sur ces sources. Par exemple, aux États-Unis, 60 % de l’électricité est encore produite à partir de combustibles fossiles, principalement le gaz naturel, tandis que les énergies renouvelables et l’énergie nucléaire y contribuent respectivement à hauteur de 21 % et 18 %. Le gaz naturel est considéré comme plus fiable, car il fonctionne à pleine capacité 65 % du temps, alors que les facteurs de capacité de l’énergie solaire et de l’énergie éolienne sont respectivement de 36 % et de 25 %. Demander aux pays africains de ne pas tenir compte du gaz naturel revient à suggérer que nous devrions accepter une capacité électrique, un niveau de vie et une sécurité inférieure à ceux des pays occidentaux. Ce n’est pas une attente raisonnable.

L’exploitation des ressources en gaz naturel de l’Afrique ne se limite pas à l’amélioration de la capacité énergétique ou à la résolution des problèmes de pénurie d’électricité. C’est un moyen de renforcer les capacités industrielles et de revitaliser les économies africaines, en sortant les populations de la pauvreté et de la pénurie d’énergie.

Dans ce contexte, il est impératif que les dirigeants africains prennent des mesures immédiates pour favoriser un environnement propice aux investissements dans le pétrole et le gaz. Quant aux entreprises du secteur de l’énergie, nous vous invitons à vous associer à nous. Ne négligez pas les vastes possibilités qui s’offrent à vous en Afrique. Vos investissements ne seront pas seulement rentables, ils contribueront aussi de manière significative à éradiquer la pauvreté énergétique, à stimuler la croissance économique et à ouvrir la voie au développement des secteurs de l’énergie renouvelable dans les pays africains.

N’oublions pas qu’aucune nation n’est parvenue à l’industrialisation uniquement grâce à l’énergie solaire ou éolienne. Mais ceux qui sont industrialisés et qui disposent de réserves financières sont mieux placés pour financer leur transition énergétique. En tant qu’Africains, nous devons être en mesure de conduire nos initiatives de transition énergétique en utilisant ce que nous avons aujourd’hui pour réaliser ce que nous envisageons pour notre avenir. Renoncer à cet objectif est une proposition risquée et intenable.